[2016-02-14] La Saint Valentin à Pourpevelle !

RePourpevelle ESD1 l'entrée de la grottendez ­vous à 20h à Bombon. On charge le camion et nous voilà partis. Sur l’autoroute, petite pause café pour certains, sandwichs pour d’autres… et on reprend la route.

On arrive aux alentours de 2h du matin sous une fine pluie glaciale. Le gîte est à
Saulnot, à une vingtaine de Km de Soye, où se trouve le fameux gouffre de

Pourpevelle.

On décharge tout le matos, histoire de pouvoir tout préparer au chaud demain matin. Un petit digestif aux kiwis, fait maison par Quentin, aura raison de nous pour ce soir.

Réveil en douceur dans la chaleur du gîte. Puis, place à l’action : Bernard et Hervé préparent les cordes et les kits. On sort tout le matériel, et on s’équipe.

En partant, petit détour par l’épicerie du village, ou nous achetons casses-
croûtes et victuailles pour tenir jusqu’à notre départ, demain après­-midi.

Nous arrivons au gouffre de Pourpevelle sous un timide soleil. Il est midi : on
pique-nique, on prend des forces. Hervé part équiper pendant que l’on fini de manger.

Midi et demi… nous voilà partis. Le départ se trouve dans un petit bosquet
grillagé.

Hervé et Bernard en tête, nous suivons. Le premier puits, de 10 mètres, débouche sur une salle ou apparemment plusieurs directions sont possibles. Nous observons à ce niveau pas moins de 4 chauves souries endormies.

Nous marchons sur de gros blocs pour rejoindre le prochain puits.

Ici, 2 passages possibles : le premier (apparemment plus difficile à équiper) nous fait descendre directement dans le grand puits sur 50/60 mètres. Le second, que nous

empruntons, nous fait passer par 2 passages de 10 mètres environ. Un dernier virage, et nous voilà au grand puits, que nous descendons ici sur 30 mètres. A part les premiers mètres de descente, qui se font contre la paroi, tout le puits se descend dans le vide.

C’est super large, je vois les frontales des gars qui m’attendent en bas au loin. En bas, nous passons encore une trémie.

Nous passons par la galerie des Gours, qui porte plutôt bien son nom. Le début du parcours se fait courbé. Hervé nous indique qu’ici, normalement, c’est sec… se qui nous inquiète quand à la quantité d’eau, suite aux pluies des derniers jours.

Certains bassins se passent longé sur corde (les fesses dans l’eau), d’autres non. Mais le niveau de l’eau étant important, quelques « chûtes mouillantes » ont lieues.Pourpevelle ESD3

A certains endroits, les gours sont vides, et on devine leurs parois étincelantes. Un peu de marche plus « sèche », alternant galeries basses et hautes, puis de

nouveau de l’eau… et les murs qui se rétrécissent… Nous retrouvons une corde qui monte quelques mètres le long d’une faille. Nous arrivons ensuite à la galerie des Cristaux. La seule raison à la présence de nos genouillères : du ramping sur un peu plus de 70 mètres, les yeux à hauteur de cristaux. C’est superbe.

Après cette longue étroiture, nous longeons encore un peu le lit de la rivière jusqu’à la voûte mouillante. les habitués ne sont pas habitué à autant d’eau à cet endroit.

Comme nous le pensions, malheureusement trop d’eau au niveau de la voûte mouillante, ce qui nous oblige à arrêter notre parcours ici. Il est environ 20h.

Après avoir repris quelques forces, nous entamons le chemin du retour. La fatigue commence à se faire sentir pour certains.

Le puits de 35 mètres me semble interminable vu du bas, mais la remontée se passe sans soucis. On a encore des forces finalement.

Dehors, c’est la tempête qui nous attend ! Les derniers 10 mètres se remontent sous la pluie.

Il est un peu moins de minuit quand tout le monde est sortis du gouffre. Au gîte, douche, repas, et dodo pour tout le monde. Dimanche matin, nettoyage, rangement, et chargement de tout le matériel.

Après un bon casse­croûte, nous voilà sur la route du retour : sous la pluie pour changer.
Encore une sortie très sympa, avec une super équipe.

A refaire par temps plus sec, pour aller jusqu’au bout…

7 Participants :    Bernard, Franck, Hervé, Quentin, Christophe, Stéphane et Violène.

Violène

Pourpevelle ESD4

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Spéléologie, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.